Imprimer la fiche

Pinot Gris Grand Cru Rangen de Thann Clos Saint Urbain 2015

retour

Pinot Gris Grand Cru Rangen de Thann Clos Saint Urbain 2015

Mise en bouteille :
Février 2017
Alcool acquis :
13.0 °
Sucre residuel :
32.7 g/l
Acidite totale :
3.0 g/l H2SO4
pH :
3.40
Rendement :
23 hl/ha
Optimum de degustation :
2018-2040+
Age moyen des vignes :
52 ans
Terroir :
Volcanique, exposé sud, très forte pente
Indice :
3

Description :

Le Clos-Saint-Urbain couvre une surface de 5.5ha sur la partie ouest du Rangen, proche de la ville de Thann et juste au-dessus de la rivière Thur. La roche volcanique et la pente vertigineuse apportent une personnalité forte et distincte aux vins du Rangen. Le sol pauvre en éléments organiques associé à une forte densité des plants (10000 pieds/ha) sont la raison principale de la concentration des vins, effet quelque fois exacerbé par la pourriture noble favorisée par l’influence climatique de la rivière. Bien qu’étant moins botrytisé, il y eut quand même un peu de botrytis sur le Pinot-Gris dans ce millésime chaud. Ceci explique la présence de sucres résiduels. Riesling et Pinot-Gris furent récoltés le même jour (une vendange marathon pour terminer avant la pluie) mais avec une forte différence de maturité. La fermentation fut moyennement longue (6 mois) et l’élevage dura 18 mois en tout. Les vins du Rangen nécessitent souvent un élevage plus long que les autres terroirs. Le Pinot-Gris est un cépage d’aspect facile, car souvent riche, mais qui est en fait très compliqué et difficile. Il nécessite un grand terroir pour le pousser dans ses retranchements tout en faisant oublier sa générosité.


Commentaires de degustation :

8/2017: couleur jaune or profonde. Le nez combine merveilleusement bien les arômes de pierre à fusil, silex, fumée – typiques du Rangen – avec les arômes de fruits murs liés à une légère surmaturation. Bien que déjà bien ouvert au nez, la bouche au contraire est plus réductive. L’influence volcanique domaine et raffermi le vin. Ce n’est qu’après une certaine aération qu’on retrouvera des marqueurs tels que cire d’abeille et miel, rappelant la petite présence de pourriture noble. Le palais est caressant, velours, jamais dans l’opulence, avec une légère rondeur sur la finale. Le sol volcanique est ici très structurant et permet une finale très nette, se resserrant presque autour du sel du terroir.