Millésime 2015

Présentation

L’hiver 2014/2015 débuta avec beaucoup de pluie et des températures douces. Comme l’année précédente, il n’y eut que 10 jours en tout avec des températures très froides (allant jusqu’à -5°C). Confirmant les moyennes saisonnières, février et mars furent très secs. Mai et début juin virent le retour d’un beau temps avec cependant son lot d’averses significatives très attendues et qui se sont révélées essentielles par la suite.

Les premières fleurs ont pu être observées le 22 mai sur le Clos Jebsal, qui a pour habitude d’être notre terroir le plus précoce. La floraison se termina pour les terroirs les plus tardifs entre début et mi-juin. Malheureusement, les températures élevées durant la floraison provoquèrent des problèmes de coulure et de millerandage significatifs pour la plupart des variétés de raisin, surtout, à notre grande surprise, pour le Riesling. Néanmoins, la taille de la récolte semblait prometteuse et nous nous dirigions vers un millésime normal.

A partir de la mi-juin, les températures augmentèrent de façon significative, culminant début juillet à 38/39°C pendant de nombreuses journées. L’absence de pluie et l’extrême chaleur ont causé des problèmes de stress hydrique ce qui nous laissa avec de nombreux raisins et de nombreuses feuilles brulées. Nous constations plus de dégâts causés par les rayons du soleil que par la sècheresse en elle-même. Il n’était pas rare de voir des vignes au début du mois d’août avec jusqu’à 50% de feuilles séchées. Les baies restaient très petites et n’atteignaient pas leur taille normale, affectant le volume de la future récolte. De fin juillet à fin août, quelques rares précipitations, intenses dans certaines zones, ont ramené de la vie sur le vignoble. Ces pluies isolées sont responsables d’une grande hétérogénéité du vignoble d’Alsace. Colmar était de loin le secteur le plus sec et n’a pas reçu autant de précipitations que le sud de l’Alsace (Rangen) et le nord. Pour illustrer cette distribution irrégulière de la pluie, le 14 août, il a plu 9mm dans le vignoble du Herrenweg alors qu’à 2 km de là, le vignoble du Clos Häuserer reçu 43mm! Les vignes ont retrouvé une respiration normale et sont redevenues vertes. Ce sont les jeunes vignes, les vignes en surproduction et celles situées sur des sols très pauvres qui ont le plus souffert. Pour beaucoup de ces vignes, les pluies étaient trop tardives. Avec de telles conditions climatiques, on pourrait penser qu’il y avait moins de problèmes de maladie. Mildiou et botrytis n’étaient pas présents, mais l’oïdium a été très agressif en juillet, obligeant les producteurs à utiliser dans certains cas des quantités élevées de soufre, ce qui en contrepartie augmenta les brûlures du soleil!

Après une deuxième moitié d’août plus fraiche, les températures étaient à nouveau élevées au début de septembre. En dépit de précipitations normales pour une période de 12 mois, le millésime 2015 est marqué par une carence sévère en eau pendant une durée de 6 semaines. Les vendanges ont commencé le 2 septembre et se sont terminées le 1er octobre, mais 80% de nos vignobles ont été récoltés avant le 15 septembre. Il fut possible de récolter tôt, car les raisins étaient physiologiquement mûrs tout en conservant de belles acidités, un pH bas et un très faible acide malique. Les pluies de mi-août, en ayant un effet tonique sur le végétal, ont provoqué un changement de couleur rapide et homogène. La teneur en sucre a augmenté très rapidement, prenant de cours beaucoup de gens en Alsace. Il était important de se tenir prêt pour une récolte précoce afin de ne pas éviter une maturité excessive. En prévision des pluies significatives du 16 septembre et 19 septembre (18 et 25mm à Turckheim), nous avions pris la décision de récolter presque tous nos vignobles avant ces averses, à l’exception des Gewurztraminer récoltés fin septembre et début octobre. Les rendements inférieurs et la récolte saine ont permis d’avancer rapidement.

Ayant eu la possibilité de récolter précocement, nous sommes très satisfaits des niveaux d’acidité des vins de 2015, en particulier des Riesling qui arborent des pH bas et une maturité parfaite. Il est évident que l’amélioration des sols, due à l’agriculture bio-dynamique, nous a permis de réduire considérablement les combinaisons d’acides et d’obtenir un meilleur équilibre dans les vins. Les fermentations sont assez lentes pour les Riesling, en particulier ceux provenant de sols calcaires avec des niveaux d’acidité plus élevés. Les 2015 possèdent une intensité aromatique et une longueur en bouche incomparables. En bouteilles, ils confirment leur bel équilibre mais dévoilent aussi une belle structure. 2015 démontre le potentiel des grands terroirs qui ont produit des vins passionnants et de grande garde. Notre production en 2015 était de 31hl/ha sur les Grands Crus et de 44hl/ha pour l’Alsace.

Lire la suite Fermer